Cyclotourisme, ni compétition, ni tourisme pur, mais sport universel - Charles ANTONIN, premier président de la FFCT.
Cyclotourisme : Tandem noir raconte ses voyages et randonnées à vélo, en tandem, le plus souvent en cyclo-camping.

 

 

Les lettres I, J et K (page 2)

H

XYZ

 

 



La trousse et son contenu d'après F. TOCHE dans "Comment équiper, entretenir, réparer sa bicyclette son tandem" en 1942.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicité pour la Trousse MAFAC parue dans Le Cycliste de mai 1948.

Kit de réparation

Que ce soit pour un voyage itinérant ou une promenade matinale d’une centaine de kilomètres, il faut prévoir un minimum d’outillage pour une réparation dans l’urgence. Les cyclo-campeurs au long cours emmènent dans leurs sacoches de quoi pallier les manquements du commerce local : pneus, dérailleur arrière, etc... Sans aller jusque là pour les simples sorties, il vaut mieux s’alourdir d’un kit de réparation. En effet si 500 grammes peuvent faire chuter la vitesse de 50 mètres à l’heure sur une pente à 6 %, rester sur le bord de la route est encore plus pénalisant !

Notre kit se compose de :
- 2 démonte-pneus en plastique pour ne pas blesser la jante en alliage d’aluminium,
- 2 chambres à air en parfait état (dès le retour, il convient de réparer ou de changer la chambre crevée) et une boîte de pièces à coller (Rustines),
- Un emplâtre constitué de 10 cm de la bande de roulement usée d’un vieux pneu afin de remédier aux coupures ou déchirures d’un pneu,
- Les clés allen pour les vis BTR de votre machine (normalement 3 ou 4 clés doivent suffire pour resserrer l’excentrique, la potence, la visserie des porte-bagage, des freins, des dérailleurs, le chariot de selle),
- Un petit tournevis pour le réglage des dérailleurs,
- Un jeu de 3 clés plates en aluminium pour les écrous et la visserie des garde-boue,
- Un câble de dérailleur arrière et un câble de frein arrière (il suffit d’enrouler la sur-longueur si vous les utilisez pour les avants),
- Un dérive-chaîne et deux maillons de chaîne pour faire face à une rupture,
- Une petite burette d’huile pour éviter d’entendre crier la chaîne un lendemain de pluie,
- Un démonte roue-libre et un corps de roue-libre (pour les voyages de plusieurs jours),
- Quelques rayons avant et arrière, et une clé à rayons (je n’ai jamais eu à me servir des rayons, mais j’ai utilisé quelque fois la clé à rayons),
- Une vis avec son écrou pour chaque diamètre (des copains, après un problème de rupture de la vis du chariot de selle sur un brevet de 300, transportent maintenant une vis de rechange), plus une vis de plus faible diamètre avec quatre rondelles (j’ai ainsi dépanné sur la route un copain qui ne pouvait plus serrer le blocage de son câble de dérailleur),
- Deux ampoules halogènes avant et deux ampoules arrière (sauf si vous avez un feu à diode à l’arrière) bien enfermées dans une boîte de film photo avec du coton pour éviter la casse due aux vibrations.

En plus de tout ceci, n’oubliez pas des gants de bricolage en plastique pour éviter de vous salir et un petit peu de poudre à laver dans une boîte de film photo pour vous laver les mains !

Cette liste est presque identique à celle préconisée par Etienne Bernadet, le fameux technicien et pilote des cycles Reyhand, deux fois vainqueurs du Grand Prix Duralumin (il est difficile d'avoir meilleure référence).

Bien évidemment, vous pouvez diminuer le volume de votre kit si vous êtes sûr de l’état de votre machine (vérification de toute la visserie et de tous les câbles avant chaque promenade).
Si la trousse Mafac a disparu, de nombreux fabricants proposent maintenant des outils du type couteau suisse bien pratiques. S’ils ont l’avantage de la compacité, ils ne sont pas forcément adaptés exactement à votre besoin. Ils offrent cependant l’intérêt d’être une bonne base. Voir en particulier les outils VAR et Park-tools.


Référence

- Etienne Bernadet, La page technique - Poids mort et charge utile, "Cyclo-Magazine", N°52, 1er juillet 1938, p. 241.

Mise à jour : 11.12.2006